la fabrique de bordeaux Métropole

A propos de La Fab

LaFabrique de Bordeaux Métropole
LaFabrique de Bordeaux Métropole

Analyse et étude des besoins

LaFabrique de Bordeaux Métropole

Montage des projets

LaFabrique de Bordeaux Métropole

Aménagement des espaces publics

LaFabrique de Bordeaux Métropole

Pilotage et suivi
des projets

LaFabrique de Bordeaux Métropole

Suivi livraison
des bâtiments

Vocation

La Fabrique de Bordeaux Métropole (La Fab), société publique locale, a été créée en 2012 à l’initiative de Bordeaux Métropole alors Communauté Urbaine de Bordeaux et avec l’ensemble des communes la constituant.

Conformément aux statuts des sociétés publiques locales, c’est une société anonyme régie par le droit privé et dont le capital est entièrement détenu par des collectivités.

Bordeaux Métropole a confié à La Fab dès la mi-2012 un marché de prestations et d’études pour la mise en œuvre opérationnelle du programme Habiter, s’épanouir – 50 000 logements accessibles par nature.

Par ailleurs, Bordeaux Métropole a confié à La Fab un second marché de prestations et d’études pour la mise en œuvre opérationnelle du programme Entreprendre, travailler dans la métropole, programme qui vise à produire une offre foncière et immobilière à vocation économique, diversifiée et bien répartie sur le territoire.

Ces deux programmes se déclinent en 4 missions :

. Appui à la collectivité pour l’animation et la coordination des deux programmes

. Mise en œuvre et suivi des ilots et des ilots témoins

. Préparation de l’engagement d’opérations d’aménagement et engagement des premières acquisitions

. Acquisition et portage foncier sur un objectif à court ou moyen terme en préfiguration des opérations d’aménagement et de production de logements et de locaux d’entreprise confiées par Bordeaux Métropole et inscrites au programme de travail de La Fab.

 

A propos

Les programmes

Le programme Habiter, s’épanouir — 50 000 logements accessibles par nature — vise à contrer l’étalement urbain en produisant des logements différemment, en lien avec le développement de la mobilité et des transports.

L’ambition est de construire la Métropole comme un archipel de lieux d’intensité urbaine reliés par les transports publics, en développant de nouvelles façons d’habiter à partir de situations urbaines distinctes : des faubourgs à reconstituer, des fins de ville à reconsidérer, des centres-villes à régénérer, des tissus urbains à recoudre, des universités à urbaniser, des parkings à habiter, des centres commerciaux à transformer en quartier de nature…

En plaçant la question du logement de manière centrale ; sa qualité spatiale, son prix abordable et ses services associés, en s’appuyant sur toutes les facettes de financement possibles par les outils de l’aménagement, des premières réalisations sont sorties de terre.

Les projets aboutis témoignent de la mise en œuvre opérationnelle du programme Habiter, s’épanouir – 50 000 logements accessibles par nature, en atteignant quatre cibles principales dans le cadre d’un objectif global de qualité et contribuant à une Métropole bordelaise attractive et équilibrée :

. Une répartition du programme en 3 parts (locatif social, accession abordable, accession privée)

. Un prix de vente des logements en « accession abordable » autour de 2 500€/m2 TTC parking compris

. Une proportion significative de logements pour les familles (T4, T5)

. Une seule place de stationnement par logement.

Le territoire métropolitain est attractif, la croissance démographique en est un indicateur ; l’agglomération compte en moyenne 10 000 habitants supplémentaires par an. Le développement de la métropole tend à évincer ou reporter les entreprises vers les territoires les plus extérieurs, en ayant notamment comme conséquences une augmentation des déplacements et une surconsommation de foncier non urbanisés. Ce phénomène touche notamment les TPE, PME, PMI, artisans et petits négociants, du fait des prix des locaux ou des fonciers trop élevés ou mal adaptés à ces entreprises aux capacités financières limitées. Celles-ci représentent une part importante de l’emploi et sont essentielles au fonctionnement du territoire.

Le programme « Entreprendre, travailler dans la métropole » répond aux objectifs fixés par Bordeaux Métropole en matière de développement économique, dont l’enjeu principal est d’assurer une croissance maitrisée et équilibrée du territoire. Ils ont été décrits dans la feuille de route du développement économique validée en conseil métropolitain du 16 décembre 2016.

Le programme vise la production d’une offre immobilière diversifiée et adaptée aux besoins des entreprises, répartie sur l’ensemble du territoire métropolitain. Aussi la stratégie d’intervention de La Fab se décline en trois principaux axes :

. Renouveler la qualité de l’immobilier d’entreprise

. Produire des locaux professionnels accessibles financièrement

. Consolider les espaces d’activités existants sur le territoire de la métropole

Démarches

Réemploi des matériaux : La Fab, avec l’appui du collectif Cancan en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage, a mis en place une démarche opérationnelle de réemploi des matériaux visant à systématiser la collecte des matériaux pour tous les bâtiments ayant vocation à être démolis, dès lors que ces matériaux sont susceptibles d’être réintégrés dans un second cycle de vie par des acteurs locaux. Ainsi, entre février et septembre 2019, un total de 12,4 tonnes a été collecté sur 5 sites (40% bois, 30% électricité, 20% divers et 10% mobilier).L’objectif est de démarrer la phase de mise en œuvre du réemploi au sein de projets immobiliers sur les sites de projet de La Fab. A ce jour, 10 sites tests sont définis.

Qualité de l’air : Enjeu prégnant des contextes métropolitains, la qualité de l’air intérieure et extérieure fait l’objet d’une attention particulière au cœur des projets d’aménagement pilotés et aménagés par La Fab.
Ainsi, La Fab utilise notamment les données cartographiques de l’association régionale ATMO, qui réalise des modélisations permettant aux projets d’évoluer.
En tant qu’outil métropolitain d’intérêt général, La Fab souhaite participer à des appels à projets européen. Par exemple, « INSPIRED Cities » faisant l’objet d’une candidature avec un consortium européen piloté par Nobatek/INEF4, dont l’objectif est de développer, d’appliquer, valider des méthodes et outils pour évaluer la capacité de solutions innovantes basées sur la nature pour des villes neutres en carbone et une meilleure qualité de l’air.

Outil NEST : NEST, outil d’évaluation multicritères basé sur une approche « cycle de vie » de l’impact environnemental des opérations d’aménagement, a été développé par Nobatek INEF4 et spécifié pour l’usage de La Fab. Il a pour but d’objectiver par des indicateurs environnementaux calculés eu égard aux informations de conception des projets, la performance, la durabilité, la qualité environnementale et les choix des maîtrises d’ouvrages dans les étapes de prise de décision opérationnelle.
Cette démarche innovante pour un aménageur permet d’appréhender le projet dans sa globalité compte tenu des grands enjeux de notre époque tels que le changement climatique, l’économie et la gestion des ressources, tout en maximisant le bien-être des futurs usagers.

Médiation : En 2019, La Fab a demandé à Sciences-Po Bordeaux et à l’école d’architecture et du paysage de Bordeaux de travailler sur les pratiques de médiation des projets urbains en France et à l’étranger afin d’en mieux comprendre les ressorts. Ce travail a permis de réinterroger les outils de médiation des projets urbains, leur efficacité, leur adaptabilité en fonction des situations urbaines rencontrées, tout en tentant de clarifier ceux qui relèvent de la concertation, de la participation ou bien de la communication.

Historique

En 2010, Bordeaux Métropole constatait que la production de logements – 3 500 à 4 000 par an – n’était pas suffisante pour répondre aux besoins du territoire. D’autre part, l’étalement urbain se propageait bien au-delà des limites administratives de la Métropole. Un dialogue compétitif a donc été lancé avec cinq équipes de maîtrise d’œuvre internationales retenues sur appel d’offre, choisies pour développer des approches stratégiques sur la relance par le logement. Il s’agissait de mieux anticiper l’effet d’attraction autour des extensions de lignes et des nouvelles lignes de transports publics. À cette fin, il a été choisi d’investir et de transformer les territoires desservis en y développant des projets de logements innovants et accessibles économiquement au plus grand nombre.

Des sites opérationnels ont émergé, des conditions de réalisation de logements à prix maîtrisés ont été fixées et la collectivité a souhaité créer fin 2012 un outil adéquat (La Société Publique Locale La Fab) pour mettre en œuvre ces projets dans le cadre du programme initialement dénommé « 50 000 logements autour des axes de transports collectifs ». 15 îlots témoins ont été lancés près des axes de transports en commun, afin de témoigner d’autres manières de faire sur des sites riches de potentialités inexploitées. En parallèle, la Métropole a confié à La Fab des secteurs pré-opérationnels pour faire émerger des opérations nouvelles sous forme de concessions d’aménagement.

Environ 700 logements sont livrés et 1 400 sont en travaux.

Représentant environ 11 500 logements, 9 opérations d’aménagement sont engagées sur les villes de Bègles, Bruges, Eysines, Gradignan, Le Haillan, Le Bouscat, Mérignac, Pessac, Saint-Médard-en-Jalles et Villenave-d’Ornon.

Dorénavant, le programme est entré dans une phase opérationnelle.

Gouvernance

Dans le contexte des élections municipales, les instances de La Fab sont en cours de renouvellement.

La Fabrique de Bordeaux Métropole est une société publique locale (SPL) dont le capital est entièrement détenu par les collectivités territoriales, Bordeaux Métropole et 27 communes qui la composent ; son actionnaire majoritaire est Bordeaux Métropole.

Le statut de SPL garantit la collégialité des décisions, les modalités de contrôle par les actionnaires, le contrôle externe des services de l’Etat comme la Chambre régionale des Comptes ou bien la cour des Comptes, le système de contrôle analogue exercé par les collectivités territoriales actionnaires, tout en ayant la souplesse de gestion et la rapidité des prises de décision d’une société de droit privé. Par ailleurs, La Fab ne peut exercer ses activités que pour le compte exclusif et sur le territoire de ses actionnaires.
Sa gouvernance est assurée par un Conseil d’Administration, qui détermine les grandes orientations stratégiques de l’entreprise et veille à leur mise en œuvre.

Le Conseil d’administration est composé de 18 sièges dont 10 sont détenus par Bordeaux Métropole.

Conseil d'administration

Collectivité

Représentants Bordeaux Métropole

 

Christine Bost Présidente Directrice Générale

Bordeaux Métropole

Emmanuelle Ajon

Bordeaux Métropole

Pascale Bru

Bordeaux Métropole

Sylvie Cassou-Schotte

Bordeaux Métropole

Typhaine Cornacchiari

Bordeaux Métropole

Michel Labardin

Bordeaux Métropole

Harmonie Lecerf

Bordeaux Métropole

Jacques Mangon

Bordeaux Métropole

Marie-Claude Noël

Bordeaux Métropole

Benoit Rautureau

Bordeaux Métropole

Conseil d'administration

Collectivité

Représentant Bordeaux

 

Bernard Blanc

Ville de Bordeaux

Représentant Mérignac

 

Thierry Trijoulet

Ville de Mérignac

Représentant Pessac

 

En attente de désignation par le Conseil Municipal (29/09)

Ville de Pessac

Représentants Assemblée Spéciale

 

Fabienne Dumas

Assemblée Spéciale

Frédérique Fabre-Tabourin

Assemblée Spéciale

Anne Lépine

Assemblée Spéciale

Alexandre Rubio

Assemblée Spéciale

Jean Touzeau

Assemblée Spéciale

L’objectif de l’Assemblée Spéciale est de porter la parole des communes qui ne sont pas représentées directement au Conseil d’Administration afin de permettre la plus large participation des communes à la conduite de l’action de la société.

Ainsi, l’Assemblée Spéciale qui est donc composée des 24 communes qui n’ont pas de représentant direct au Conseil d’Administration, désigne 5 représentants communs qui siègent au Conseil d’Administration.

Collectivité

Représentant

Ambarès et Lagrave

Gérard Lagofun

Ambès

Kevin Subrenat

Artigues-près-Bordeaux

Karim Messaï

Bassens

Alexandre Rubio

Bègles

En attente de désignation

Blanquefort

Véronique Ferreira

Bouliac

En attente de désignation

Bruges

Brigitte Terraza

Carbon-Blanc

Arnaud Coulet

Cenon

Anne Lépine

Eysines

Evelyne Frénais

Floirac

En attente de désignation

Collectivité

Représentant

Gradignan

Michel Labardin

Le Bouscat

Fabienne Dumas

Le Haillan

Monique Dardaud

Le Taillan-Médoc

Marie Fabre

Lormont

Jean Touzeau

Parempuyre

Benjamin Roze

Saint-Aubin-de-Médoc

Francis Riether

Saint-Louis-de-Montferrand

Jacky Bachelier

Saint-Médard-en-Jalles

Jean-Luc Trichard

Saint-Vincent-de-Paul

Gilles Beraud Sudreau

Talence

Frédérique Fabre-Tabourin

Villenave d’Ornon

Patrick Pujol

L’actionnariat est intégralement public. Il est composé de Bordeaux Métropole (actionnaire majoritaire) et de 27 communes de la métropole. Martignas sur Jalles, ayant intégrée Bordeaux Métropole postérieurement à la création de La Fab, devrait à terme rejoindre l’actionnariat de la société. Le capital social est de 2 Millions d’€uros.

Collectivité

%

 

Ambarès et Lagrave

0,86

Ambès

0,22

Artigues-près-Bordeaux

0,43

Bassens

0,44

Bègles

1,76

Blanquefort

1,03

Bordeaux

8

Bouliac

0,2

Bruges

0,9

Carbon-Blanc

0,46

Cenon

1,49

Eysines

1,27

Floirac

1,04

Gradignan

1,53

Collectivité

%

 

Le Bouscat

1,54

Le Haillan

0,57

Le Taillan-Médoc

0,57

Lormont

1,37

Mérignac

5

Parempuyre

0,48

Pessac

4,5

Saint-Aubin-de-Médoc

0,37

Saint-Louis-de-Montferrand

0,14

Saint-Médard-en-Jalles

1,81

Saint-Vincent-de-Paul

0,07

Talence

2.71

Villenave d'Ornon

1,93

Bordeaux Métropole

59,3

L'équipe

lafab

Depuis 2012 ont également travaillé à La Fab

Marie Amand assistante de projet, Sabriia Baghdad chargée d’ingénierie foncière, Lise Bertrand chargée de gestion, Stéphanie Bezandry assistante de projet, Corentin Couchet assistant comptable, Clémence De Selva chargée d’étude, Armand Doligé chargé d’ingénierie foncière, Nicolas Freida, directeur de projet, Alexis Gante, directeur de projet, Audrey Ghénassia, chargée d’étude, Noémie Jafarpouran chargée d’ingénierie foncière, Sophie Jeantet directrice de projet, Emilie Jeanniot directrice de projet, Arnaud Lecroart, Directeur Général Délégué, Nathalie Noël assistante de projet, Louise Sander, chargée de mission aménagement, Samuel Soriano, directeur des études et du développement

Ont également été accueillis pour des périodes de stages de une semaine à six mois

Noémie Quienne, Antoine Goudeau, Hugo Reveillac, Cassandre Gattepaille, Camille Jelowicki, Barthelemy Oblet, Isabelle N’Diaye, Claire Barbet, Sigrid Huort, Marine Lala, Valentin Ménard, Eymeric Cousin, Benjamin Prinveille, Marie Alix Boury, Lola Bourdouin, Vincent Pinchon, Maëlle Pointecouteau, Margaux Bietzer, Alexandre Meigne-Sakr, Seydi Yildiz, Yassine Sciascia, Quentin Dupérier, Charlotte Hemery, Antoine Girard, Marie-Amély Flaharty, William Fillion-Robin, Antoine Toumine, Hanane Oulebsir, Eloise Deshayes, Mélanie Casabonne Angla